Le pouvoir de l’intention : conte de Basile Lapin

LE POUVOIR DE L’INTENTION :

CONTE DE BASILE LAPIN

 

Basile Lapin a vécu plusieurs années avec Marjolaine. Malheureusement leur relation s’est détériorée et ils se sont séparés l’année dernière. Il a fallu toute une année à Basile pour s’en remettre. Aujourd’hui, il se sent seul et il est finalement prêt à partager sa vie avec une nouvelle compagne.

Il a entendu parlé du pouvoir de l’intention et donc il tente un premier jet afin de décrire la compagne idéale. Il a réfléchi par rapport à sa dernière relation avec Marjolaine et il s’est mis à noter toutes les choses qu’il n’aimait pas chez Marjolaine et qu’il ne voulait surtout plus retrouver chez sa nouvelle partenaire.

L’Univers l’écouta attentivement et lui envoya Pimprenelle. Et effectivement, Pimprenelle était tout le contraire de Marjolaine. Seulement Pimprenelle n’aimait pas danser alors que Basile était le champion du cha cha cha, elle ne voulait pas de lapereaux alors que Basile voulait devenir papa, et elle aimait se prélasser et donner des ordres en le regardant faire les corvées sans lever le petit doigt. C’est sûr que Pimprenelle n’avait rien d’une Marjolaine, mais ce n’était pas la compagne idéale de Basile pour autant.

Attention à ce que tu demandes à l’Univers, tu risquerais de le recevoir !

Basile réalise que pour trouver la lapine dont il aspire, il lui faut se concentrer sur ce qu’il souhaite chez cette compagne. Il imagine la partenaire idéale, mais comme c’est un grand rêveur, il donne une description d’une Super Lapine ! Elle ressemble à Angelina Jolie version lapine, elle est capable de lui concocter des soupes de carottes de couleurs différentes selon le cycle de la lune, elle veut 20 lapereaux, c’est une grande chasseuse de renard et elle a été astronaute et a marché sur Mars avant de le connaître. Elle a d’ailleurs ramené du sable rouge de son dernier voyage. L’Univers a écouté attentivement la demande de Basile d’une manière dubitative. Effectivement cette lapine n’existe que dans ses rêves. L’Univers est bien embêté. Alors, soit il ne lui envoie personne car personne ne correspond à ce modèle, soit il lui envoie des candidates d’une manière aléatoire ou alors avec quelques bons critères mais que Basile ne voit même pas car il est focalisé sur Super Lapine. Basile reste donc seul…

Notre Basile est loin d’être sot. Il se rend bien compte qu’il y a quelque chose qui cloche. Demander quelque chose qui n’existe pas, n’est ce pas finalement une façon de ne rien changer ? Sa vie de célibataire lui convient-elle peut-être ? Y-a-t-il une partie de lui qui veut attirer l’attention en le plaignant ? si oui, pourquoi ? Y-a-t-il une partie de lui qui veut le protéger contre une nouvelle souffrance si la relation potentielle ne fonctionne pas ? Ce questionnement est important. Et Basile sait au fond de lui qu’il veut réellement trouver une partenaire. Alors il fait ce travail d’introspection. Parfois il réalise par lui-même, parfois il se fait aider par un professionnel, parfois c’est en discutant avec ses amis qu’il répond à toutes ces questions.

Il réalise qu’il veut réellement partager sa vie avec une compagne. Il sait que la recherche peut éventuellement lui apporter de nouvelles déceptions et souffrances (25% de probabilité), mais il sait que s’il reste seul, il souffrira de cette solitude à coup sûr (100% de probabilité). Donc il décide de tenter sa chance car cela en vaut la chandelle. Et en plus, il réalise que de lancer dans l’Univers une vraie demande de partenaire avec des critères réalisables, la probabilité de faire fausse route diminue radicalement.

Attention critères réalisables ne signifient pas critères ennuyeux et basiques. Si la demande sort de l’ordinaire, il faut savoir être créatif et ouvert à ce qui se présente. La réponse peut être surprenante tout en répondant à la demande. Ne nous limitons pas à ce que nous connaissons, nous risquerions de fermer des portes. Acceptons le différent qui répond à nos besoins. Par exemple, Basile aime voyager mais il n’a pas l’argent pour le faire. Lors d’une soirée en famille, son oncle Léon archéologue dit qu’il recherche un assistant pour aller en Egypte où il va faire des fouilles. Basile se propose aussitôt. Non seulement il aide son oncle (son préféré!), mais il réalise son rêve de voyager. Il sera tenu de l’assister bien sûr mais il pourra prendre un long week-end pour descendre le Nil en bateau et il aura des moments libres lors desquels il pourra visiter les pyramides, le sphinx et le Caire. N’est-ce pas une meilleure expérience que celle de regarder une émission sur l’Égypte à la télé ?

Revenons à notre recherche de lapine pour Basile. Il fait sa nouvelle liste. Il souhaite une compagne qui :

  • veuille fonder une famille ;
  • aime gambader dans la nature et adore le cha cha cha ;
  • soit aventurière et sache déjouer les ruses du renard ;
  • ait de longues oreilles (pour bien être à l’écoute) ;
  • ait l’esprit indépendant tout en gardant l’esprit de famille et l’esprit d’équipe ;
  • aime voyager ;
  • voit la vie en rose ;
  • ait une belle fourrure douce et de belles dents de lapin.

Notre ami Basile est satisfait. Il a bien ficelé sa description. Ça devrait le faire. Il attend d’une patte ferme que sa dulcinée frappe à sa porte. A chaque fois que quelqu’un tape à sa porte, son cœur s’emballe. Il regarde dans le miroir pour voir s’il est bien peigné. Mais une fois, c’est son copain Plumeau qui apporte de la salade des champs et lui propose d’aller au cinéma, une fois c’est le facteur qui apporte les factures, une fois c’est sa mère qui débarque à l’improviste. Il attend, et il poirote. Au début, il est un peu déçu, mais il espère toujours, et puis d’attente en attente, de déception en déception, à la fin, il se retrouve en colère. « C’est du pipeau, ça ne marche pas ! » Y-a-t-il quelque chose que notre ami Basile n’a pas encore compris ?

Dépité, il met la radio pour se changer les idées. Entre deux chansons, il entend la blague connue : Il y a une grosse tempête. C’est le déluge. Toto est réveillé de son sommeil et il fait la prière suivante : « Dieu, viens me sauver ! ». Il monte sur le toit de sa maison et il attend que Dieu vienne le sauver. Pendant ce temps, les pompiers arrivent en barque et lui proposent de monter. Toto refuse. Puis un hélicoptère arrive et descend une corde pour le récupérer. Mais Toto refuse toujours. Les hommes grenouilles passent de maison en maison pour prendre les retardataires. Ils voient Toto hissé sur son toit. Ils l’appellent mais Toto refuse encore. A la fin, Toto meurt et va au paradis. Il est très en colère. Il arrive devant Dieu et lui dit : « et ben, et mon miracle ?! Je t’ai demandé un miracle pour que tu me sauves et le miracle n’est pas venu ! » Et Dieu répond : « Je t’ai envoyé une barque, un hélicoptère et les hommes grenouilles et tu as refusé. Que veux-tu de plus ? »

Le déclic se fait dans la tête de Basile ! Il ne suffit pas de lancer son intention dans l’univers, il faut ensuite agir pour accomplir son projet. Faire de son mieux pour que le projet se réalise. Et imaginer le résultat comme s’il était déjà là, ce qu’il va ressentir une fois que c’est réalisé, en quoi sa vie va être différente, ce que cela va lui permettre de faire, Etc. Aller jusqu’au bout des actions et ressentir le résultat comme s’il était déjà accompli pour lui donner encore plus envie de le réaliser. Et si ce projet a lieu d’être, là les portes s’ouvriront, et même parfois comme par miracle. Et s’il n’a pas lieu d’être, c’est que ce projet n’est pas pour lui. Mais cela veut dire qu’il y a autre chose pour lui. Et souvent, en ayant agi, il va pouvoir entrevoir d’autres possibilités, d’autres horizons tout aussi prometteurs. Ou bien, il y a des choses sur lesquelles il doit encore travailler pour ensuite réussir son projet initial. Il n’y a jamais de regret à avoir. L’intention c’est la direction. La réalisation reste dans ses mains même si elle peut être facilitée.

Basile a compris. Il se lance dans des activités qu’il affectionne, il participe à des événements où il rencontre de nouvelles personnes, il se connecte sur des sites de rencontre, il fait du bénévolat. Il imagine sa vie à 2, avec la bonne lapine et c’est de la joie qu’il ressent et de la plénitude, ainsi que l’envie de construire quelque chose.

Et c’est ainsi que se manifesta Alma. Il en a fallu du temps pour que Basile ouvre le champ des possibles. Mais ça en vaut vraiment la chandelle. Alma et Basile sont très heureux. Depuis, Basile a continué d’utiliser le pouvoir de l’intention dans sa vie. Il a trouvé un emploi de rêve : il recherche les variétés anciennes de graines de carottes et autres légumes délicieux et il est chargé de les gouter pour sélectionner les meilleurs carottes. Ensemble avec Alma, ils ont trouvé un terrier, magnifique et spacieux, avec vue sur le lac. En été, les lucioles éclairent le jardin de mille feux, et l’hiver, ils font du patin à glace. Ils sont prêts à fonder leur famille. Basile est de plus en plus confiant dans la vie, et dans ses capacités, car il sait qu’il peut agir, changer, améliorer. Il crée la vie qu’il souhaite vivre.

A vous de jouer.

FIN